Colette Brunschwig

Colette Brunschwig est née au Havre en 1927, où elle passe son enfance. Les années de son adolescence sont celles de la guerre ; elle quitte sa ville natale pour le sud de la France. Dans le Paris de 1945 elle est confrontée à un monde chaviré auquel l’art va à nouveau essayer de donner forme. Sa propre formation (École nationale des Beaux-Arts et l'atelier d'André Lhote) comme celle de ses contemporains, est marquée de ce sceau. Multiples et variées sont dans son œuvre les réponses à cette confrontation désertique de la reconstruction. La voie qu’elle choisit alors – et qu’elle poursuit – doit beaucoup à l’héritage du Surréalisme. Ce mouvement, qui fut l’un des derniers états de l’art avant la guerre, a fonctionné différemment après celle-ci : si d’aucuns – tels Michaux et Masson – lui donnent suite en pratiquant l’écriture automatique, d’autres vident cette écriture et la rendent « lyrique ». En refusant cette instantanéité du geste, Colette Brunschwig va chercher à introduire une dimension temporelle, un jeu de superpositions au cœur duquel une nouvelle forme pourrait apparaître. En 1952, elle expose pour la première fois à la galerie Colette Allendy, haut lieu de l'avant-garde artistique où se retrouvent peintres et sculpteurs, d'avant et d'après-guerre. Elle expose aussi régulièrement au Salon de Mai. L’art chinois, entre écriture et image, l’aide à trouver son moyen d’expression. Cette passionnée d’art chinois porte au livre un intérêt particulier. Les peintres chinois lettrés du XIe et du XIIe siècle et plus tard ceux du XVIIe siècle, Mi Fu, Chu-Ta, Wang Wei, Shitao et tant d’autres ont exercé sur son travail une influence très importante. Elle n’en continue pas moins à développer l’autre versant de son œuvre par les techniques traditionnelles de la peinture.
Pour plus d’informations voir le > CATALOGUE < de son exposition de février 2014.

Envoyer un message à propos de: Colette Brunschwig